( 23 septembre, 2009 )

Association Nationale de Jeunes

Rassemblement Actions Jeunesse

RAJ

Comité Aït Smaïl

 L’association nationale de jeunes Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ) comité d’Aït Smaïl a organisé le vendredi soir 18/09/2009 au niveau de la maison de jeunes sa quatrième édition du café des libertés pour thématique «  l’éducation ; état des lieu et perspectives dans la commune ». « Cette initiative s’inscrit dans la continuité des actions du RAJ, qui a comme principal objectif, la sensibilisation et la mobilisation des jeunes aux problèmes sociaux, ainsi que la promotion de toute activités culturelles, des droits de l’homme et citoyennes, aussi dans le souci de donner à la société, particulièrement les jeunes un espace public et de rencontres démocratiques pour débattre librement de questions d’actualité ».

Dans l’objectif de mieux orienter le débat, et d’enrichir la réflexion, l’association a invité les citoyens, les directeurs des écoles de la commune, les enseignants, les associations des parents d’élèves, deux inspecteurs de l’éducation, et tous le mouvement associatif ainsi que la maire.

La majorité des intervenants, ont rappelé qu’il est impossible de dissocier l’éducation au niveau de la commune avec la politique nationale de l’éducation jugée insuffisante et qui ne répond pas au normes et aux exigences de la société. Certains enseignants ont soulevé l’absences des conditions adéquates, qui permettent à l’enseignant de faire sans travail, tel que le manque des infrastructures de base, et les problèmes socioprofessionnels, sans oublier le marasme sociale, et la cherté de la vie qui empêche à la foi, les enseignants de faire leur devoir autan que éducateurs, les parents d’élèves de faire un suivi rigoureux à leurs enfants.

D’autres intervenants ont dénoncé la passivité de la société civile qualifiée démissionnaire, et individualiste dans la majorité des cas, en insistant sur le rôle cruciale et double tranchant de l’école de la rue et de l’environnement dans l’éducation.

A la fin, la majorité des interventions sont penchées que l’éducation est fondée sur un triple besoin à savoir ; la famille qui est la première cellule de l’enfant, l’école et la société (environnement). Dont il est indispensable de créer, renforcer et solidifier la relation entres ces trois composantes que chacune complète l’autre.

Sans oublier de signaler que la société ne peut pas s’échapper du phénomène de la mondialisation que il faut en profiter de ces avantages  et de se méfier de ses inconvénients.

Il est à rappeler que les thème à discuter dans ces rencontre sont arrêté à base des demandes des jeunes et les résultat des débats des rencontres précédentes, dont la première c’été un débat générale sur « être jeunes en Algérie ça veut dire quoi ? ». Convaincu que les jeunes sont des acteurs importants pour la construction démocratique et sociale et qu’ils constituent une force de proposition et de mobilisation, cette rencontre été une occasion à cette  population juvénile démographiquement majoritaire et minoritaire en matière prise de décision de s’exprimer en toute liberté sur leurs quotidien sans limiter le sujet de discussion.

 La deuxième a pour thématique « le rôle de l’action associatives dans le développement local », cette rencontre est pour objectif d’encourager et de redynamiser le mouvement associatif local qui représente un capital que nul qui peut contester ; il est un acteur incontournable dans tous le processus de développement local et régional, il peut jouer le rôle de médiation entre l’état et la population dans divers domaine, il est acteur important pour la construction démocratique et sociale dont il constitue une force de proposition et de mobilisation et il est souvent à l’origine d’un grand nombre d’initiatives où il participe à l’animation de la vie sociale et culturelle de la commune .

La mondialisation culturelle était le sujet de débat de la troisième édition. Partant du constat que notre société, particulièrement notre jeunesse est dominée par les moyens et les procédés les plus variés en visant à atteindre les couches sociales les plus diverses, pour jeter le trouble dans leur esprit, et les faire douter de leurs valeurs culturelles et civilisationnelles afin de mieux les contrôler et les assujettir, d’où elle est menacé par le formatage culturelle, cette jeunesse est souvent occidentalisée ou orientalisée  au détriment de notre culture, traditions, coutumes, valeurs et mode de vie ancestrales qui caractérisent notre société dont il faut préserver en faisant la différence entre la modernité et la tradition.

Durant toute les rencontres, la question de la passivité des cadre de la société (universitaires) qui ont un rôle important dans la société était souvent soulevée par les intervenants, a cet effet, le thème du prochain café des liberté sera sur le rôle des cadres dans la société.

Abdelouhab Fersaoui 

Pas de commentaires à “ ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|