• Accueil
  • > Non classé
  • > Hakim Addad. Secrétaire général de Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ
( 5 septembre, 2008 )

Hakim Addad. Secrétaire général de Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ

 Les jeunes croient moins au changement pacifique »  Hakim Addad. Secrétaire général de Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ e907f68bf77b190c10766ab96d659da1
 Le Raj compte-t-il reprendre ses activités ?
 Il n’a jamais cessé ses activités. Les comités des villes et universités sont organisés régulièrement, notamment au centre et à l’est du pays. Principalement dans les universités. Il est vrai que le manque de moyens financiers et les graves restrictions aux droits de réunion ont quelque peu freiné l’organisation de grandes manifestations, mais nous sommes toujours là.
 L’association RAJ est née dans le sillage des événements d’octobre 88. qu’est-il resté de l’esprit d’octobre ?
 Beaucoup ne se souviennent plus de ces évènements qui ont failli changer l’Algérie. Les années de braise ont fait passer au second plan les acquis d’octobre. Par la politique, toujours en place, les espoirs nés d’après octobre 88 se sont, pour beaucoup, transformés en désenchantements. Cela étant, il reste quelques inconditionnels, tels que les « en-RAJ-és » qui continuent d’essayer, bon an mal an, sans revenir sur toutes les difficultés rencontrées, pour que le sillon tracé en octobre 88 continue d’exister. Nous sommes à la veille du 20e anniversaire, nous lançons un appel notamment à la presse pour que le mois d’octobre prochain soit une date de recueillement et de reconnaissance en mémoire de ceux qui nous ont permis, par leur lutte, d’exister aujourd’hui et de crier à ceux qui gouvernent le pays aujourd’hui que l’esprit d’octobre est encore là.
 On a l’impression que le mouvement associatif s’est quelque peu essoufflé, cela s’en ressent-il au RAj ?
 Rien qu’en adhérant à l’association, ils démontrent, si ce n’est l’espoir, au moins une volonté de changement. Les jeunes, en général, croient moins à la classe politique et, malheureusement, au changement pacifique. Le Raj essaye d’être à contre-courant de cet état d’esprit. Aujourd’hui, on adhère de moins en moins à tout ce qui est politique et associatif, au Raj ou ailleurs. Il y a néanmoins une demande en particulier dans le milieu estudiantin. Je dois dire qu’il faut tirer chapeau à ces jeunes qui adhérent encore aux associations. Pour des raisons politiques, sécuritaires et sociales, il n’est pas facile de s’engager dans des mouvements associatifs. Ce sont des personnes qui n’ont pas choisi l’individualisme.
 Quel regard portez-vous sur la jeunesse ?
 C’est un regard de désolation de voir où l’a menée la politique ou « non-politique » du système actuel. Ces jeunes qui ont montré, au début des années 2000, leur s torses sur lesquels ils avaient inscrit : « Tirez-moi dessus, je suis déjà mort », ou ceux qui traversent les mers à leurs risques et périls prouvent, si besoin est, l’échec des politiques menées jusque-là, et ce malgré des caisses pleines. Il faut, à mon avis, saluer les jeunes algériens, qui malgré les difficultés, font de leur mieux pour aller de l’avant et beaucoup y arrivent, qu’importe les voies et moyens.
 Il y a aujourd’hui « deux jeunesses » et le fossé se creuse davantage, comment expliquez-vous ce clivage ?
 Il y a d’abord un fossé géographique. Les uns ne connaissent pas les autres mais, dans le même temps, ils sont sur le même bateau. Leurs rêves sont les identiques : un avenir un tant soit peu meilleur de préférence dans leur pays. Lorsque des jeunes passent en voiture à vive allure, c’est aussi l’expression d’une forme de violence, même si, dit-on, c’est le propre de la jeunesse que d’adopter ce genre de comportement. Certes, la frustration génère la violence, mais une émeute nationale ne profitera à personne. Je ne pense pas qu’il faille montrer du doigt cette catégorie qui se pavane dans de grosses bagnoles. A mon avis, il faut aller vers eux, les sensibiliser et travailler ensemble pour des lendemains meilleurs. La déliquescence de toute la société, notamment l’école et la famille, et l’absence de référent font que la société flotte. Il n’y a rien à quoi ils peuvent s’accrocher.
 Ressentez-vous notamment chez les adhérents de l’association une volonté de changer les choses ?
 La volonté est là mais pas les moyens de s’en sortir. Ils ont l’air d’avoir perdu le sens de l’effort. Il est nécessaire de combler le fossé entre ces deux classes de jeunes. A travers une politique d’investissement et de création d’emploi, on permettra un retour de confiance entre la population et ses responsables. Mais les jeunes aussi doivent se retrousser les manches. Il est inutile de passer son temps à se plaindre, aussi légitimes soient les doléances, ou de déclencher des émeutes dont, le plus souvent, ils payeront le tribut leurs familles et eux-mêmes. Il faut adopter des modes de revendication pacifiques et constructifs. 
Par Amel Blidi 

2 Commentaires à “ Hakim Addad. Secrétaire général de Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ ” »

  1. aksouh nadir dit :

    salutation militante je un membre du RAJ_fac de l’universte de bejaia
    je cherche asavoire asque il ya quelque chose de neuf ou une activite programe pour le 05 octobre

  2. Addad dit :

    Azul,
    Il y a bien évidemment des activités prévues pour la commémoration des 20 ans d’Octobre 88 . Pour le RAJ , il en est ainsi chaque Octobre . Tu peux joindre le coordinaeur du comité RAJ Fac Bejaia , ils te donnera toutes les précisions utiles . Si ne le peux , tu auras tres prochainement sur ce blog les informations nécéssaires .Ou sinon tu peux nous écrire au travers la rubrique « contactez nous » et nous nous ferrons un plaisir de te répondre .
    A tres bientot Camarade enRAJé.
    Salam

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|